Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2014

A la découverte des archives historiques de la ville de Dijon

 Notre délégation remercie Mme Eliane LOCHOT, Conservateur en chef des Archives de la ville de DIJON et ses collaboratrices pour nous avoir permis de revivre de grands moments d'histoire de notre ville grâce aux documents exposés et commentés avec passion.

archives17emew.jpg

 

 

Les archives historiques de la ville de Dijon sont conservées, 91 rue de la Liberté dans l’aile du Palais des Etats de Bourgogne. Ce prestigieux bâtiment a été classé monument historique dès 1862.

 

archivesw.jpgL’originalité du service des archives (magasin de conservation, trésor des chartes, salle de lecture) est d’avoir été conçue par le premier architecte du roi, Jacques Gabriel. En 1731, l’assemblée des Etats de Bourgogne lui confie le soin d’édifier un escalier d’honneur menant à la grande salle de réunion. Il doit également adapter « sous le grand degré » et les tribunes de l’escalier, un dépôt pour les archives des Etats de la province. Les rayonnages et armoires en bois de châtaignier, les portes en fer, les tomettes en terre cuite ont été posés sous la conduite de l’architecte Pierre Le Mousseux. Les boiseries de la salle de lecture ont été exécutées par l’agence des sculpteurs dijonnais Saint-Père alors que la cheminée en marbre de Rancé était commandée au marbrier parisien, Jacques Droppy. Ce lieu de conservation des archives, préservé depuis le 18e siècle, confère aujourd’hui un caractère exceptionnel au service historique de la ville de Dijon.

 

Entre%CC%81eTre%CC%81sordesChartesw.jpgSi le bâtiment est remarquable, les documents d’archives le sont tout autant et contribuent au rayonnement de la cité. En effet, dès la concession de la charte de commune en 1187 par le duc de Bourgogne, Hugues III, le conseil échevinal prend soin de conserver les documents émanant de son administration. Les titres les plus précieux sont protégés à l’abbaye saint-Bénigne puis dans la tour des archives de l’église Notre-Dame. Les archives courantes sont classées dans les locaux de la maison commune. Après quelques années d’itinérance, le Conseil de ville s’installe dans la maison du singe (angle des actuelles rue Chabot Charny et de l’Ecole de Droit) puis dans l’hôtel du chancelier Rolin (actuellement siège des archives départementales). La municipalité dijonnaise quitte la rue Jeannin pour s’établir dans l’ancien palais des Ducs et des Etats de Bourgogne en 1831.

 

Nous avons eu un grand plaisir à vous faire découvrir, nos chartes munies des impressionnants sceaux des ducs de Bourgogne, nos collections de cartes et plans et bien d’autres témoignages de la vie des dijonnais du moyen-âge à nos jours.

 

Les commentaires sont fermés.